Formons un Groupe !

Chanson du moment. Je l'aime parce qu'elle n'a pas vraiment de refrain, les paroles sont nostalgiques et elle finit en apothéose. C'est pas tout jeune – 2007 – mais je l'ai découverte récemment à la suite de This is the life que j'ai toujours appréciée.

Let's Start a Band, d'Amy Macdonald

Le thème commun des deux morceaux, c'est... comment dire ? Une mythologie associée à la musique et à l'adolescence. Les groupes, les soirées, les fêtes, les festivals... Quand on est jeune, ce n'est pas simplement la culture ou une étape de la vie. : c'est un monde. C'est le monde. (This is the life!)

Photos de Mon Ancêtre

En fouillant dans le grenier, j'ai retrouvé ces portraits de mon ancêtre Algar Ebenezer Boulengeman, trappeur dans les grandes plaines du Canada :

Algar a tué deux ours aujourd'hui. Petite journée.

Incidemment (et sans aucun lien), j'ai aussi aussi fait des photos sur verre ("au collodion") sur la plage de Trouville cet après-midi mais ça n'a rien donné alors je ne vous les montre pas.

Thomas fait des photos au collodion sur la plage de Trouville.

Suivez les aventures de Thomas le photographe sur sa page instagram (mais c'est privé et vous n'êtes probablement pas assez cool pour entrer).

Who Not How

Je garde le titre anglais car la traduction française – comme souvent pour les livres de développement personnel – semble avoir été écrite par le charlatan ambulant qui vend des potions au mercure dans La Petite Maison dans la Prairie. Ne faites pas semblant : vous voyez très bien de qui je veux parler. Ou alors par le méchant de "Peter et Eliot le Dragon" qui veut découper Eliot pour en faire du sirop contre la toux.

Bref : Who not How est un livre que j'avais besoin de lire.

Parce que, voyez-vous, depuis que je fais des films, j'ai pris l'habitude d'en faire trop dans trop de domaines. Ce qui a des avantages : ça m'a donné une vraie connaissance de beaucoup d'aspects de la fabrication d'un film, aussi bien au niveau technique, humain, qu'administratif. On ne me la fait pas.

Mais ça a aussi une ribambelle de désavantages qui finissent, lorsqu'on fait le calcul, par être bien plus handicapants sur le long terme :

  • Je perds du temps à réinventer la roue dans chaque domaine,
  • Je deviens médiocre à plein de tâches que les spécialistes font infiniment mieux que moi,
  • Pendant ce temps, je ne me concentre par sur le ou les talents où je pourrais réellement faire une différence.

D'où cette idée développée par Dan Sullivan :

Face à un problème ou un défi, ne plus se demander "comment faire ?" mais tout de suite commencer par "qui peut m'aider ? À qui déléguer cette tâche ?".

Ce qui est un art, également.

D'abord, il faut clairement définir la mission : que cherche-t-on à accomplir ? Quelle direction suivre ? Comment savoir quand la tâche est terminée ?

Ensuite, il faut trouver la bonne personne et lui transmettre la vision juste : expliquer pourquoi c'est important, montrer l'impact que ça va avoir, les possibilités qui vont s'ouvrir dans le futur.

Enfin – et c'est souvent le plus dur – il faut faire confiance. Ne pas micro-manager. Laisser la personne qu'on a choisie faire ce qu'elle sait faire de la façon qu'elle connaît. Car si c'est la bonne personne, elle le fait mieux que vous de toute façon.

Bien sûr, ça pose des questions sur l'exploitation, la subordination, la responsabilité. Pour que ça ait du sens, il faut que la relation soit réciproque : la personne que vous trouvez est votre "qui" et vous devez être le sien. Vous cherchiez son type de profil, elle cherchait votre type de mission.

Par exemple : j'écris depuis l'enfance. Romans, pièces, scénarios. Avec la pratique, j'ai atteint une certaine maîtrise. Or, je rencontre régulièrement des professionnels – chefs opérateurs, comédiens, décorateurs, etc – qui n'ont aucun goût pour l'écriture et qui sont ravis de mettre leur talent au service de projets écrits et produits par d'autres. L'intérêt pour tout le monde est donc que, plutôt que d'apprendre à (mal) me servir d'une caméra, je me concentre sur ce que je sais faire et que j'aille chercher les bonnes personnes pour le reste.

Ça paraît évident. Pourtant, le premier réflexe est souvent de vouloir faire tout soi-même. Par égo, par désir de contrôle, par habitude. Parce qu'il n'est pas évident d'aller vers les autres.

Depuis quelque temps, notamment au sein de ma structure de production, j'essaie d'installer ce nouveau réflexe. Je ne fais plus : je délègue. Et souvent, ça marche. Le résultat est bien meilleur, le process beaucoup plus agréable et moins solitaire, et l'effet réseau ouvre de nouvelles portes. Quand ça ne marche pas, c'est souvent que j'ai mal défini les enjeux. Ou simplement que la mission elle-même n'en valait pas la peine.

C'est comme ça que j'ai trouvé sur Discord une armée de jeunes du monde entier pour réaliser les décors 3D de ma websérie Panique dans l'Espace. Ça n'a pas fonctionné avec tout le monde mais j'ai trouve deux perles, au Brésil et en Inde, avec lesquelles je vais continuer de collaborer.

Détail qui a son importance : Dan Sullivan, la personne à la source du principe de "Who not How" n'a pas écrit le livre lui-même. Il a délégué l'écriture à Benjamin Hardy, auteur de plusieurs livres de développement personnel. C'est devenu un bestseller.

Général vs Présidente

En montage son de l'épisode 3 de Panique dans l'Espace, ma websérie existentielle du futur. J'en ai pas encore parlé ici mais ça va venir : le montage et les décors 3D sont terminés jusqu'à l'épisode 10. Je fais l'assemblage final quand j'ai une heure par-ci par-là.

Général Éral (moi) un lendemain de cuite.
Lalao Phan Vax Xua en présidente de l'Union.

Le slogan : "Le futur est à chier. Mais où aller d'autre ?"

Ce Que Sahil Bloom Aurait Aimé Se Dire à 20 Ans

Ma traduction approximative d'un tweet de Sahil Bloom trouvé sur un coin d'internet. La traduction rend certains conseils un peu gnangnans mais je reste d’accord sur presque tout :

  1. Tenter sa chance est la meilleure chose qu'on puisse faire. Quitte à faire quelque chose, le faire bien.
  2. L'alimentation impacte tout – apparence, énergie, humeur. Tout s'améliore en mangeant mieux.
  3. Rien de bien n'arrive après minuit (surtout quand on a bu).
  4. Se mettre en bonne forme physique change la vie.
  5. Si on se concentre sur gagner beaucoup d'argent, on s'en sort. Si on se concentre sur créer beaucoup de valeur, on crève le plafond.
  6. Trouver son bonheur dans la lutte. Entraîner son mental a gérer les tempêtes de la vie.
  7. Le temps passé à se comparer aux autres est mieux utilisé à investir en soi. La seule comparaison qui compte est par rapport à qui on était la veille.
  8. Quand on pense du bien de quelqu'un, leur dire immédiatement. C'est une petite habitude qui paye des dividendes tout au long de la vie.
  9. Les réseaux sociaux sont faits pour donner envie d'être quelqu'un d'autre, d'être ailleurs ou d'être en différente compagnie. Surveiller sa consommation et éliminer ce qui créé des émotions négatives.
  10. Passer en priorité du temps avec ceux qui nous rendent meilleur, nous élèvent et nous aident à grandir.
  11. Appeler ses parents plus souvent – ils ne seront pas toujours là.
  12. Le succès dans la vie est proportionnel au nombre de conversations difficiles qu'on est prêt à avoir chaque jour.
  13. La mentalité "on dormira quand on est mort" ne marche plus. Bien dormir est essentiel pour obtenir de bons résultats.
  14. Donner une seconde chance aux gens, mais jamais une troisième. S'ils nous empêchent d'avancer, couper les ponts.
  15. La plupart des amis ne sont pas des amis. Ils sont là quand c'est fun, pratique ou avantageux. Trouver de vrais amis et les chérir.
  16. Arrêter d'essayer d'être intéressant ; être intéressé. On devient intéressant quand on est passionné.
  17. On ne saura jamais ce qu'on veut être quand on sera grand – et c'est très bien comme ça. Se concentrer sur poser de bonnes questions en gardant un penchant pour l'action et on s'en sortira toujours.
  18. Arrêter de suivre les chemins que d'autres ont créé pour nous. Créer son propre chemin – même si c'est douloureux au début.
  19. Trouver la vérité est plus important que d'avoir raison. Arrêter d'argumenter pour gagner – écouter pour apprendre.
  20. Les notes ne changent pas grand chose, mais l'énergie d'apprendre, oui.
  21. Arrêter de s'inquiéter de ce que pensent les autres. La plupart ne pensent pas à nous du tout.
  22. Toutes les décisions ne sont pas réversibles, mais la plupart, oui.
  23. Partir dans quelques aventures folles et déjantées qu'on sera heureux de raconter à ses enfants un jour.
  24. Prendre des décisions que notre soi de 80 ans et notre soi de 10 ans approuvent. Le premier s'intéresse à l'accumulation des actions sur le long terme, l'autre veut qu'on s'amuse sur le chemin.
  25. Choisir sa course. Être certain que le prix est quelque chose qu'on veut vraiment. 

— Sahil Bloom 

(Non, je ne sais pas du tout qui c’est ni ce qu’il fait. J’espère qu’il n’est pas trop con sinon tout ça tombe un peu à l’eau.)

Quand a-t-on le Droit de Jurer, Bordel de Merde ?

Un moment, il faudra quand même que j'arrive à mettre mes putains de films sur mon putain de site web.

Car voyez-vous : je suis réalisateur. Donc je fais des putains de films.

Et pour faire la promotion de ces putains de films, j'ai un putain de site web.

Et il ne me paraît quand même pas aberrant de vouloir mettre mes putains de films sur mon putain de site web mais – pour une raison que j'ai vraiment autre chose à foutre que de vous expliquer – je n'y arrive pas, bordel de chiotte.

J'ai conscience que le passage précédent peut sembler un peu vulgaire.

Mais en fait, pas du tout. C'est parce que vous n'êtes pas familier avec les règles qui régissent quand on a le droit de jurer ou non.

Par exemple, j'ai le droit de parler de "mes putains de films" parce que :

Règle n°1 : On a le droit de jurer lorsqu'on parle de son propre travail.

Je ne dirais jamais ça de votre travail. Je ne me permettrais pas. Sauf si c'est objectivement de la merde, auquel cas la règle suivante s'applique :

Règle n°2 : On a le droit de jurer en parlant du travail des autres si c'est objectivement de la merde.

C'est une pente glissante, me direz-vous. Après tout, comment savoir si une œuvre est objectivement à chier ? Comment savoir s'il ne s'agit pas d'un jugement personnel ? C'est simple : appelez-moi et je vous dirai. (Spoiler : 99% de tout est à chier.)

Pareil : j'ai le droit de parler de "mon putain de site" parce que :

Règle n°3 : On a le droit de jurer au sujet de la technologie quand elle ne marche pas.

Mais il faut être prudent parce que :

Règle n°4 : Il est mal vu de jurer sur la nature.

Par exemple, il est mal vu d'insulter un nourrisson, un platane ou un chiot. En revanche, j'ai le droit de dire que la mouette qui m'a chié dessus avant-hier est une connasse parce que :

Règle n°5 : On peut jurer sur la nature quand elle vous chie dessus.

D'ailleurs, je considère que le terme "connard" n'est pas foncièrement un gros mot. Pour moi, un connard, c'est quelqu'un qui n'est ni vous ni moi quand on discute ensemble. Ainsi, lorsque vous parlerez de moi en mon absence, ça ne me gêne pas si vous dites :

"Tu as lu le blog de l'autre connard ? C'est vraiment de la merde."

Et donc, en vertu des règles énoncées plus haut, vous conviendrez avec moi que la phrase ci-dessus n'a absolument rien de vulgaire. Surtout si je vous chie dessus – ce qui est le cas.

J'aurais Voulu Être Jeff Bezos

Aller voir les pièces des mes potes comédiens quand j'étais en école d'acteur m'a dégoutté du théâtre fauché, voire du théâtre tout court. Maintenant, soit je vais à la Comédie Française voir des classiques, soit tant pis : je regarde Netflix.

C'est donc plus pour passer une soirée entre potes que j'ai suivi le mouvement pour aller voir J'aurais voulu être Jeff Bezos d'Arthur Viadieu au Théâtre de Belleville, avec mon pote Bob Levasseur. Je ne m'attendais pas à grande chose. Et ça dure une heure trente.

C'est devenue ma pièce préférée du monde entier.

Tout : le sujet, l'écriture, la mise en scène, le jeu de tous les comédiens. Je ne voulais plus que ça s'arrête. j'ai ri, j'ai été touché, j'ai appris. Ça redonne confiance en la création. Bravo les ami·e·s.

Alors ne les manquez pas tant qu'ils sont à Belleville.

UPDATE : vous les avez ratés ? Ils reviennent en octobre 2023 à Belleville !

Ambiance du Weekend

On dirait que les fois où je n'ai pas le temps, je pourrais aussi poster des photos des derniers jours même si elles n'ont pas un intérêt démesuré. Trouville, comme d'hab.

Banc et front de mer
Le soleil au bout des Planches
Ambiance brasserie

Ça me rappelle cette citation que je ressors souvent aux jeunes créateurs pour les libérer de l'angoisse quand ils se lancent (pas sûr que ça les aide mais moi ça me rassure) :

"Vos 10 000 premières photos sont vos pires photos."
– Henri Cartier-Bresson

Tournage UNESCO Campus

Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas travaillé avec l'UNESCO. Hier Campus XXL avec 600 élèves venus voir une avant-première du film Les Gardiennes de la Planète, de Jean-Albert Lièvre, avec l'équipe du film, Jean Dujardin et des experts de l'Océan.

Projection de "Les Gardiennes de la Planète" à l'UNESCO
Micro trottoir dans le Hall de l'UNESCO

Tournage de la journée avec ChezFilms et Caroline Le Hello en chef opératrice tout terrain.